Un avion disparaît

Il y a 52 ans, une Caravelle d’Air France, avion emblématique des années 60, s’abîme en mer au large de Nice avec 95 personnes à bord dont 6 membres d’équipage.

Ce drame dont les causes n’ont jamais réellement été élucidées et font encore débat aujourd’hui est resté dans les mémoires comme ” l’accident de la Caravelle Ajaccio Nice”

Les faits

Le 11 septembre 1968 la Caravelle III “Béarn” d’Air France décolle de l’aéroport Campo d’ell Oro d’Ajaccio à destination de Nice pour un vol de routine ne devant pas excéder 30 minutes.
La météo est parfaite, le commandant de bord Michel Salomon 35 ans est expérimenté, il totalise 8836 heures de vol.

Après 20 minutes de vol, alors qu’il aperçoit l’aéroport Nice Côte d’Azur le commandant semble en proie  à des ennuis à bord et déclare un incendie. Immédiatement les contrôleurs au sol lui donnent toute priorité pour se poser.

il est 10h28, cinq minutes plus tard l’avion disparaît des écrans radar.

Les opérations de récupération

Les secours sont immédiatement déclenchés, à 11h30 on découvre une nappe de kérosène et des débris flottant sur l’eau.

L’avion s’est écrasé sur une zone où les fonds sont à plus de 2000 mètres. Quatre campagnes de recherches s’étaleront jusqu’en 1971, on créera même de nouveaux équipements  sous marins pour l’occasion.

En quatre mille heures de travail on récupère sept tonnes de débris dont la boite noire qui s’avérera inexploitable.

L’enquête

Sur les débris on trouve des traces laissant penser qu’un incendie s’est déclaré dans la partie arrière gauche de l’appareil où se trouvent les toilettes.
On émet alors l’hypothèse que le feu a été déclenché soit par le chauffe eau électrique, soit qu’un mégot mal éteint a été jeté dans la poubelle.

A l’époque on pouvait fumer dans l’avion.

Cependant, la rapidité avec laquelle s’est déroulé le drame met cette hypothèse à mal.

L’hypothèse du missile

Cette soudaineté fait surgir l’éventualité d’une collision en vol ou d’un impact de missile.
La collision est vite abandonnée, aucun autre avion ne se trouvait dans le secteur.

La polémique enfle, le ministre de la defense Pierre Messmer dément énergiquement cette affirmation.
Les familles des victimes montent un collectif qui aujourd’hui encore soutient cette thèse.

Le missile serait parti de l’île du Levant.

Plusieurs témoins affirment avoir vu une lueur de réacteur se diriger vers la Caravelle, la vigie du Mont Agel, au dessus de Monaco, déclare avoir détecté un second echo radar.

Cet enregistrement ne sera jamais retrouvé.

En 2017, Emmanuel Macron lève le secret défense sur certains documents.

L’enquête continue un demi siecle après, saura t on un jour ce qu’il est arrivé ?

Claude Boyer.

Photos: France Bleu-RTL-Press Reader-DNA-snpnc

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.