La rentrée en Provence, ce sont les vendanges. Le ciel est bleu uniforme, les « canestèu »… Rien n’a bougé en 40 ans sauf…


André Abbe a utilisé un appareil reflex 24×36 Pentax Spotmatic sur pellicule Kodachrome 2 en 25 ASA pour réaliser ces clichés dans son fief de Roquebrune sur Argens (Var). « C’était la meilleure diapositive du monde ! Le Kodachrome 64 était plus répondu mais la qualité du grain et de la couleur était incroyable. 50 ans après, elles ont gardé leur qualité… »

Si la scène n’a pas bougé, la vigne a sacrément évolué. D’après la revue Science & Avenir, on comptait en 2012 un total de 210 cépages autorisés en France. Et seulement 10 d’entre eux représentent 70% du vignoble.

Dans cet article, André Abbe passe en revue les cépages de son enfance à Roquebrune sur Argens (Var)… (en Français puis en Provençal) :

Quand j’étais enfant, je vendangeais chez mon père des 7053, des 128, des 1020 et des N°1 que nous appelions Chichibelli (ils étaient bas ceux- là!). Tous ces hybrides sont interdits depuis longtemps. Nous vendangions aussi des pecouitoarts, des barbaroux, des roussanes, des bourboulencs (blancs) et même quelques pascal (blancs aussi). Qui cultive encore de ces cépages? Pas grand monde je suppose. Le merlot est devenu le cépage le plus cultivé en France. On en trouve de plus en plus en Provence, malgré le fait qu’il n’est pas autorisé dans les Côtes de Provence. Un raisin intéressant qui donne des arômes de fruits rouges, mais un peu trop présent sur tous les continents.

Diversitat

Dins leis annadas 50, dau tèmps que s’intrava pas a l’escòla comunala avans lo promier d’outobre, anavi endumiar emé mon paire. Començaviam emé lei 7053, puei fasiam lei 128, lei 1020 e lei n°1 que leis endumiaires italians nomenavon chichibelli. Pus tard endumiaviam lei sève- villars negres e sève- villars blancs… totei aquelei rasins eron d’ibrides que son estats enebits fa de tèmps. Eron estats plantats dins leis annadas 40, dau tèmps que la sulfata (sulfate est féminin en provençal) e lo sofre restavon rares e cars. Mon paire disiá que se leis ibrides eron estats enebits, es que fasián ganhar gaire de sòus ai marchands de produchs de tratament, mai que pasmens aquelei rasins fasián de bòn vin. Endumiaviam tanbèn de pecouitoarts (ils avaient effectivement la queue tordue!), de barbarós, de rossana, de borbolenc e de pascau. Qu cultiva encara d’aquelei cepagis encuei? Gaire de monde ben segur, e leu convendrà d’anar dins lei conservatòris botanics per ne’n trovar.

Pareisse qu’es ara lo merlot la promiera varietat francesa emé mai de 100 000 ectaras cultivats. Darnier ven la granache em’un pauc mens de 100 000 ec. L’ugni blanc es de luench la promiera varietat de blanc emé 90 000 ec. Seguisse lo chardonnay emé 40 000ec. Cabernet- sauvinhon e cabernet franc aumeton d’un an sus l’autre lei surfacis plantadas.

L’exemple dau merlot es revelator. Es un excelènt rasin que dona de vins ais aromas de fruchs rotges que agradon ben ai consomators d’ara. En Provença, se ne’n planta de mai en mai maugrat lo fach qu’es pas un dei cepagis autorisats dins l’apelacien Côtes de Provence. Pas colhons, les viticultors dau monde entier si son mes a plantar de merlot. Aquò fa que dins lei degustaciens a l’avugle es pus gare possible de sacher se tau vin ven dau Bordelés, d’Australia, de la regien dau Cap en Sud- Africa, de California o de Chile. La diversitat aquí, la fau cercar emé lo fanau e avem d’òbra per la trovar.

Andrieu Abbe

Articles associés

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.