Lune jeune, lune vieille, il faut y croire

taille de la vigne à Roquebrune Var en 1978

Dans un précédent texte, je disais que je taillais mes vignes de lune vieille (descendante). En effet, en choisissant cette période les sarments qui portent le raisin sont moins cassants sous l’effet du mistral. Des cépages comme l’Ugni blanc sont très sensibles au vent. Mèfi.

D’aucuns n’y croient pas à ces histoires de lune, ils ont tort. Le sujet mériterait un long développement, car il y a des travaux qui doivent se faire de lune jeune (montante). Nous en reparlerons.

Les anciens disaient “a lune pitchounette, tout fa banette” ce qui signifie que ce qu’on plante à la nouvelle lune pousse bien. En gros, on plante dans le sol de lune montante, on taille au dessus du sol de lune descendante (et on coupe les cheveux). Il n’est pas question de la pleine lune, c’est avant et après qui compte.

Je “vais au coiffeur” de lune vieille, les cheveux poussent moins vite. Je vous l’ai je crois déjà dit, j’ai la mémoire qui flanche et là la lune ne peut rien pour moi.

Récemment, j’ai entendu dire qu’à Paris certains salons de coiffure ouvraient toute le nuit à la pleine lune… mais je me demande si c’est dans le but que les cheveux poussent plus vite ou moins vite.

Photo : taille de la vigne à Roquebrune Var en 1978 – André Abbe

%s

Vous devez être connecté pour poster un commentaire.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.